Lundi 20 mai 2013

La journée d'Uji !! Cette ville est un centre culturel très important, car tout ce qu'il y a de japonais dans le thé japonais est né à cet endroit. Longtemps, cette ville eu le privilège d'être la seule à avoir le droit de broyer le matcha, et les techniques du sencha et du gyokuro y furent inventées.

Aujourd'hui, en partie du fait de son urbanisation, Uji elle-même a une production assez faible et presque entièrement consacrée au gyokuro. Les senchas sont souvent mélangées à d'autres productions de la même région (voire des régions voisines chez certains producteurs), c'est pourquoi je leur préfère le terme de « thé de la région de Kyoto ».

Nombreuses sont les maisons de thé à Uji, certaines très réputées comme Nakumura Tokichi, l'une des plus anciennes du Japon. La rue qui mène au Byodo-In, le temple qui se trouve sur le côté face de la pièce de 10 yen, est remplie d'échoppes en tout genre de thé, de céramique ou de pâtisseries au thé.

Je sélectionne dans cet endroit un matcha et un gyokuro d'Uji, non mélangés et absolument sublimes et délicats, en minuscule quantité pour le magasin (respectivement 4 boîtes de 20g et 2 de 45g), qui s'ajouteront sur la liste des thés TENCHA haut de gamme.

Je choisis aussi deux shinchas de Kyoto, dont un 88ème nuit, dans la boutique d'une maison de thé qui sortait du lot l'an passé. Vous pourrez dès mon retour venir les découvrir au magasin.

Je ne résiste pas non plus au plaisir de m'offrir un petit chawan, comme il est de coutume quand je viens au Japon. Il fera désormais partie de ma collection personnelle, en tant que chawan d'été. Il s'agit d'un asahiyaki (LA poterie de Uji) par Masubashi Yuseke.

 

Vue de la rivière Uji et du Mont Asahi

 

Deux vues du Koshoji où ont lieu des cérémonies dédiées au thé

La rue des maisons de thé à Uji

 

Chawan Asahiyaki

 

 

 

 

Dimanche 19 mai 2013

La journée commence par une visite du Kenninji, l'un des deux monastères dans la ville de Kyoto ayant une importance par rapport au thé. Il s'agit du monastère fondé par Eisai, inventeur du zen japonais, et introducteur du camellia sinensis dans l'archipel. Ce monastère est d'ailleurs le plus ancien de la ville. Les théiers sont partout dans l'enceinte du temple, et en examinant un peu j'ai pu trouver quelques graines éparpillées (ou du moins ce qu'il en reste car elles ont l'air bien vieilles).

 

 

Les magnifiques jardins Karesansui du temple

 

Eisai, fondateur du Zen japonais, et initiateur de la culture du thé au Japon

 

 

Chashitsu (cabane à thé) du Kenninji

 

Théiers dans l'enceinte du temple

 

Vendredi 17 mai 2013

Aujourd'hui : une petite promenade dans les théiers et la fôret de bambous, voici quelques photos.

 


 

 

 

 

 

 

Jeudi 16 mai 2013

Je commence en ce jour ma recherche des thés 2013. Après un bref séjour à Tokyo, me voici dans la ville de Shizuoka pour découvrir ce que nous ont réservé les récoltes de cette année. Premièrement, il faut savoir que dans la région, l'hiver fut froid et la chaleur idéale en mars pour le développement des théiers. C'est la raison pour laquelle les récoltes ont commencé plus tôt cette année. Malheureusement le gel est arrivé mi-avril, accompagné de vent, et a stoppé net la production des bourgeons par la plante. Le résultat est là : peu de production pour les shinchas de Shizuoka ; surtout les productions de yamacha, les thés récoltés sur les hauteurs (qui sont les meilleurs au passage) ; mais une très belle qualité.

 

Accompagné de mon fournisseur officiel, Shirakata san, je rends donc visite à mon producteur favori, Moriuchi san, producteur de la cour impériale. Nous goûtons quelques thés de sa production, très intéressants d'ailleurs, vu qu'il utilise dans son jardin une dizaine de cultivars différents, sans jamais les mélanger évidemment, et dont la plupart sont récoltés à la main. Les explications de Moriuchi san sont très techniques et je me perds un peu quelques fois. Je lui ai apporté un peu de thé chinois et nous échangeons sur les wulongs.

Je choisis dans sa production de l'année un saemidori, cultivar doux, sucré et assez fruité, avec beaucoup d'umami ; un sofu aux parfums très floraux absolument fantastiques ; et un benifuki, un thé noir, mielleux et malté comme un assam mais doux et sucré comme un thé blanc. Très peu de quantité sur ce dernier (200g). 

 

 

 

Une partie de notre dégustation

 

Moriuchi san, sa femme et moi

 

 

Après l'avoir remercié, nous partons manger sur les hauteurs de Shimizu, dans un restaurant avec vue panoramique sur la mer et le mont Fuji... qu'on ne peux pas voir à cause de la brume. Ce ne sera pas encore cette année que je pourrais apercevoir la mythique montagne.

Nous nous retrouvons ensuite au magasin de la fabrique de thé de Shirakata san, ou je sélectionne un Horyoku (fukamushi) très bien réussi cette année, un matcha de la région voisine d'Aichi, et un hojikukicha, un kukicha grillé, même très grillé, qui ravira les amateurs du genre.

 

 

 Shirakata san et moi

 

 

Mardi 14 mai 2013


 

Me voici donc au Japon pour ma sélection de thé 2013. Le voyage commence à Tokyo, sous un ciel couvert et lourd de chaleur moite. Le temps d'arriver lundi, de récupérer du décalage horaire, et me voici frais comme un gardon pour débuter les hostilités. Je passe la matinée dans une maison de thé étrangement situé dans les sous sols du grand magasin Matsuya à Ginza. L'année dernière j'y avais repéré un kamairicha, un thé vert japonais cuit dans le wok à la chinoise et pas à la vapeur, très rare et peu produit, que je souhaitais acheter en plus gand nombre cette année. Malheureusement, pas de kamairicha cette année car trop peu (voire pas du tout) de production. Dommage ! Je sélectionne tout de même un thé de Kagoshima qui vaut le détour, dans les tons marins et végétaux, qu'il sera possible de découvrir à mon retour.

L'après-midi est réservé non pas au thé, mais à l'ascension pédestre du Takaosan, une montagne proche de Tokyo ou il est très agréable (mais fatiguant) de randonner. Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maison de thé TENCHA, spécialiste des thés japonais et chinois à Angers

Tencha, thé, angers, maison de thé, thé japonais, thé chinois, thé vert, tisanes, salon de thé, ateliers, spécialiste, thé d'origine, thé nature, wulong, Pu'er, long jing, théière, yixing, tokoname, raku, kyusu, zhong, matcha, cérémonie, chanoyu gongfu cha
Création graphique : Graine 2 Styles - Angers - 02.41.20.31.67 - www.graine2styles.fr
Développement web : Primiweb - Angers - 02.41.68.48.57 - www.primiweb.com